Crise de gouvernance ?


assembléeLa démocratie représentative telle qu’elle est pratiquée actuellement a perdu son sens. Tous les 4 ans ou 5 ans nous pouvons effectivement aller voter, mais cela n’a plus aucun sens. En pleine révolution numérique, chacun peut évaluer n’importe quel acteur politique en temps réel sur n’importe quel media social ou bien créer un référendum en lançant une pétition.

Notre régime politique actuel est archaïque et fragile, il sera bientôt complétement dépassé. Une république numérique se crée sous nos yeux. Il faut penser à sa constitution et être là pour créer cet espace de liberté citoyenne et de gouvernance locale et globale. C’est là  où tout se passe et pour l’instant Goggle, Amazon et les grandes Majors ont dix longueurs d’avance. Actuellement nous oscillons entre deux pôles  démocratie représentative / démocratie d’opinion  (qui comportent chacune de graves inconvénients, mais aussi des avantages). Le numérique offre l’opportunité d’amener un équilibre entre ces deux pôles  en créant un espace citoyen de conseil et d’administration œuvrant pour le bien commun et veillant sur lui.  

 

 

La fiction politique (c’est une fiction car elle ne tient que parce que l’on y croit) prend actuellement des airs de téléréalité plus vrai que nature. Pourquoi le politiques français renforcent t-ils leur forteresse : Parce qu’il sentent que la disruption politique est imminente. Les élections présidentielles françaises de 2017 ne seront pas comme les précédentes. Les outsiders seront écoutés attentivement par les électeurs responsables mais frustrés par le non-sens politique actuel (qu’il soient abstentionnistes, voteurs blanc ou électeurs lambda). Ces outsiders, non issus des partis politiques et représentants des collectifs organisés seront là pour porter la parole des citoyens fatigués de la mascarade et qui ont besoin de transparence, d’un renouvellement en profondeur. Beaucoup des abstentionnistes dégoutés et sensibilisés par ces démarches vont utiliser « leur voix » ne serait-ce que comme une « prise en compte » des votes blancs ce qui peut dans ces circonstances devenir prépondérant au deuxième tour induisant une remise en cause institutionnelle profonde. Le prochain président français s’il y en a un pourrait bien être le dernier.

 

imgShare

Les citoyens organisés à travers les civi’techs font l’expérience du fameux « empowerment « , empouvoirement citoyen qui va bousculer incessamment le monde politique sous la poussée de la révolution numérique. Peu en sont conscients mais le mécanisme inexorable est en marche. En France le débat se trouve là  : Voxe, La primaire.org, Baztille, le Mouvement Colibris, Transition, le Mouvement convivialiste, Gentils Virus, Ma voix, democratiereelle.fr, Mouvement pour une 1ère Démocratie, DemocracyOS.fr, Regards Citoyens.org, GOV, La Quadrature du Net, Les groupes de citoyensTRANSITION CITOYENNE, change.org, reGénération, Civocracy, Ggouv,etc…

 

 

 

 

Tous ces mouvements et organisations sont jeunes (certains nés il y a quelques mois seulement) mais leur propositions convergent vers une idée centrale : redonner du pouvoir au citoyen qui collectivement est plus riche en proposition (et en solutions !) que les programmes des partis.

 

en quelques liens

wikipedia.org/wiki/démocratie représentative

agoravox.fr

lavraiedemocratie.fr

voici-pourquoi-il-y-a-tant-d-incompetents-au-pouvoir  

Les Dessous des «démocraties» modernes

Les classes moyennes rêvent «d’un coup d’Etat citoyen» 

La présidentielle de 2017 peut-elle être uberisée ?    

Psychanalyse sur le blog Un psydanslaville.com

Cette course au toujours plus entretient l’illusion d’un pouvoir individuel sans cesse augmenté dans lequel les limites de soi sont repoussées dans des confins où elles deviennent inopérantes parce que ce n’est plus l’autre, en tant que représentant de notre propre finitude, qui vient les marquer.

 

Vivons-nous en démocratie ?

 

 

 

 

majors

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn